Le blog d'Olivier Autissier

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 22 août 2014

Quinquagénaire

Bien sûr, ça n'est pas comme si je n'avais pas été prévenu. Ça doit faire, bien compté, 50 ans que je dois m'y attendre.
Et pourtant, à l'oreille, j'entends bien que ça sonne un peu "nouveau". Et il va bien falloir m'y habituer parce que ça risque de durer. Je l'espère.

Tout de même, il y a quelque chose qui me ravit, c'est que je suis capable d'écrire encore autant de conneries qu'à 20 ans... Ça me ravit mais ne me rassure pas.

50 ans, ça fait un bail. Ca commence à peser et à la fois c'est plein d'espéranceS. Ce sont des valises lourdes de souvenirs dont certains sont si légers.
Des amours, des blessures, des joies et des ruptures. Des rencontres, surtout. Des naissances, des décès, des maladies, des accidenrs.
Des passions, des brûlures.
Des hommes, toujours, encore.
La vie d'avant, la vie d'aujourd'hui. Celle de demain à qui je vais demander encore beaucoup.
50 ans, c'est tout.
Olivier

mercredi 13 août 2014

Ingolf (& Arthur)

Au départ, je devais photographier Ingolf dans une zone boisée et sableuse située dans un grand parc.
Ce qui fut dit fut fait.
Mais tandis que j'oeuvrais, Arthur, américain de Miami qui passait par là, s'est approché. Il a plu à Ingolf qui lui a demandé s' il accepterait de poser pour quelques photos en sa compagnie.
Ce qui fut dit fut fait.
Olivier

mercredi 6 août 2014

Daniel

Une courte série pour une chouette rencontre,
Ça vaut au moins autant que l'inverse.
En tous cas, ça a tout son sens.

Même que pour la première fois on m'a fait écouter du ABBA en francais dans le texte. Je sais que ca n'a rien à voir mais c'était un peu stupéfiant quand même.
Olivier

mardi 5 août 2014

Giovanni

Sans aucun doute, cette séance restera parmi les plus mémorables, sinon LA plus.
Giovanni, déjà, m'attendait au coin de la rue fixée pour le rendez-vous, habillé d'un gilet de cuir et d'un slip. Point barre, hormis ses chaussures.
Il etait accompagné de deux punks pur jus, et le mot est particulièrement juste. Et nous voilà partis tous les quatre au beau milieu d'un bois où se trouvaient d'anciennes voies de chemin de fer désaffectées. Et vlan, une belle averse d'été qui n'a nullement dérangé celui qui posait pour moi. Inutile de dire que nous étions tous trempés comme des soupes, dit-on. Une fois enfin trouvé un vieux quai de gare où d'autres promeneurs étaient venus s'abriter aussi, ayant sorti biscuits et boissons, mon Giovanni a retiré de nouveau son slip devant l'assistance. Alors, j'ai repris l'appareil et ainsi nous avons fait le spectacle.
Olivier

lundi 4 août 2014

À La Frontière De La Pluie

C'est un phénomène rare, que je n'avais encore vu qu'une seule fois dans ma vie jusqu'à cette fin d'après - midi. Et pourtant, je suis désormais beaucoup plus près de la retraite que de la maternelle. J'aurais même tendance à penser que tant mieux, encore faudrait - il y reflechir vraiment, mais je ne me sens franchement pas le courage de tout recommencer. Bref...

Nous rentrions de visiter le pied de madame Victoire, au milieu de Tiergarten. Non sans une pensée pour PP Le Moqueur à un endroit qu'il m'avait évoqué il y a déjà quelques annees. Bref...
Nous étions sur le balcon de l'appartement quand il se mit a tomber une petite averse d'ete, légère et fine.
Oui, mais une averse pas comme les autres. En tous cas, pas du point de vue où nous nous trouvions. Il pleuvait sur la partie gauche du balcon en dessous duquel la chaussée se mouillait tandis que la partie droite demeurait sèche et le bitume en bas aussi. Nous étions donc à la frontiere de la pluie.
Parce qu'evidemment, à chaque fois qu'il pleut, et partout, il y a forcement un endroit où il ne pleut pas à moins d'un mètre de là où il pleut. Sinon, il pleuvrait en permanence sur toute la surface de la Terre.

En fait, il faudrait que je sois en vacances à long terme pour retrouver le temps et l'inspiration pour écrire. Ecrire... bafouiller plutot.
Olivier

jeudi 31 juillet 2014

Mark

La chambre d'hotel, en fait, etait plutot moche.
Elle ressemblait à une chambre d'hopital.
On s'en fout mais finalement pas tant que ca.
Les photos sont dans la boite, on verra ça au retour.
Et ca n'est pas pour tout de suite.
Loin de là.
Olivier

dimanche 27 juillet 2014

Transhumance Annuelle

La meilleure, sans aucun doute.
Une quête vers une autre forme de liberté.

Quelques vêtements, un appareil photos, des cartes mémoire.
L'essentiel est là.
Et ailleurs aussi, pour quelques semaines.
Olivier

- page 1 de 82